FANDOM


Si il y a une personne que vous détesterez voir en face de vous, c'est bien Razmoket. Sa folie des grandeurs, son imagination débordante, son expertise en explosifs alliée à son ambition démesurée, le gobelin est un concentré instable qui pourrait exploser à tout moment.

Naissance

Même si les origines de Razmoket remontent à Toutexplozz, la capitale du Cartel, ce dernier passa son enfance à Baie-du-Butin, abandonné par son frère.

Un jour, alors qu'il mendiait pour avoir du pain sec et de l'eau, il fut recueillis par une femelle orque artificière du nom de Tekila 'Krazgueule. Elle était un peu primitive, pour Razmoket (qui avait hérité de l'esprit de déduction et du terrible génie de ses parents) mais son métier éveilla l'intérêt que portait le jeune gobelin pour son mentor. Artificier, ce serait sa voie. Il était à peu près au courant de ses origines.

Ainsi, durant toute son enfance, il travailla dans l'échoppe de l'orque jusqu'à son adolescence.

Adolescence

Alors qu'il ruminait dans son coin (crise d'ado, que voulez-vous) contre cette "vieille truie" qui lui servait de mère adoptive, Razmoket observa l'océan en quête de quiétude, mais tout ce qu'il parvint à obtenir, c'est un navire de la Voile Sanglante transportant une cargaison incroyable d'explosifs. Portant lui-même une caisse, il la laissa tomber par inadvertance, qui eu pour cause de tuer un passant. Il regarda le passant mort, un humain, un simple humain, un stupide humain. Il n'aimait pas les humains.

Alors qu'un cogneur lui fonçait dessus pour lui péter la gueule, il prit la fuite en jetant un dernier petit feu d'artifice dans la poire du cogneur pour le tuer. L'effet voulu réussit, et Razmoket avait finalement choisit sa voie.

Il fit un dernier au revoir à la vieille orque qui se traduisit par un saccage des maisons alentours. Comprenant, cette dernière adressa un pouce en l'air avant de se faire prendre dans un 10 33 de cogneurs duquel elle ne ressortira probablement pas vivante.

Le vagabond

Razmoket partit sur les routes de l'inconnue. Il passa par Baie-du-Butin où il tua sans faire exprès un espèce d'homme-loup avec un tabard représentant un cercle percé par trois lances rouges. Tant pis, "c'est juste une créature de la forêt, après tout" s'était-il dit.

Il s'arrêta enfin au Marais des Chagrins où il vit les siens, des gobelin du cartel Brûlepoudre, accompagnés d 'un autre gobelin bien habillé avec un monocle, lui-même accompagné d'une gobeline aux goûts vestimentaires à remettre en question, qui devait être sa femme. Le groupe de gobelins demanda son chemin à Razmoket qui le leur indiqua gentiment, en échange d'un des explosifs qu'ils portaient dans le dos. Le groupe le braqua, mais le "bien-fringué" les arrêta un instant, demandant à Razmoket quel était son nom et que faisait-il là.

"Mon nom est Razmoket Brûlepoudre. Si je suis là c'est parce que j'ai tué un voyageur et un cogneur de Baie-du-Butin" déclara-t-il. Mais le bien-fringué ne s'arrêta pas là. Regardant sa compagne, ils écarquillèrent les yeux et demandèrent pourquoi il était à Baie-du-Butin.

"Mes parents m'ont abandonnés, ici, un mec du cartel Brûlepoudre dont j'suis l'héritier apparemment"

Razmoket Adolescent

Le jeune Razmoket, alors qu'il découvrait les merveilles des explosifs.

Les gobelins se regardèrent, tous, sauf Razmoket qui ne comprenait pas grand chose. Virux Brûlepoudre écarta les bras, invitant Razmoket à venir faire une accolade à son père en disant "Mon fils, je suis heureux de te revoir" mais ce qu'il récolta, c'était un coup de poing dans on nez.

Le Prince des fous

Finalement, Razmoket se laissa faire et il revint finalement à Toutexplozz, ses origines. Il observa avec admiration le joyeux bordel de la ville, dont les uniques sons n'étaient que des rires, des hurlements, et des bruits de détonations.

Peu de temps après son arrivée, Virux quitta Azeroth pour rejoindre le paradis gobelin, laissant sa femme, veuve, et ses fils, orphelins de père. Si sa mère ne se remit jamais de la perte de son mari avec qui elle avait une vie d'amusement et de décadence, Razmoket s'en fichait un peu.

Il arriva au pouvoir du Cartel Brûlepoudre. Comme si son intelligence était scellée, elle se débloqua et il manœuvra comme un génie pour permettre au Cartel Brûlepoudre de sortir de son état quasi-minable et s'élever parmi les plus grands. En quelque temps, le Cartel avait atteint la puissance de Baille-Fonds et pouvait déclarer la guerre à Gentepression, et même écraser KapitalRisk, leur ennemi de toujours.

Il installa un nouveau dispositif visant à intégrer toujours plus de puissance à leur Cartel. Razmoket installa plusieurs laboratoires de réanimation. Mais ils furent boycottés, et refusés. Mais il ne baissa pas les bras, et poursuivit ses expériences en secret.

Virux Brûlepoudre

Virux Brûlepoudre, père de Razmoket

Dalaran

La Légion était là, mais Razmoket s'en fichait. Ce qui l'intéressait, c'était plutôt l'activité des égouts de la cité des mages. Il s'y rendit à coup de téléporteur. Très vite, il se lia d'amitié avec Blikark, "Capuche". Ensemble, les gobelins mirent fin au règne de Zuba'Rimon, tuèrent une deuxième fois Skial (avant qu'il ne revienne, ENCORE) et détruisirent ce qu'il restait de lui, notamment une statue en son honneur.

C'est là haut qu'il se créa un surnom, "Passpartou".

Affiliations (ancienne)

  • Razmoket se mit, pendant un petit temps, au service du Pique-Sanglant dans le but UNIQUE de récolter des informations importantes.
  • Il conclut également un contrat avec le Complot Ardent, offrant des explosifs contre une belle somme d'argent, dans une exploitation minière.
  • Plus tard, après l'étrange inactivité du Pique-Sanglant, il rendit son tablier et se joignit à la Voile de Fer, durant une période très courte.
  • Il a récemment quitté l'Assemblée Défias.
  • Il a rejoint le Bouton-d'Or pour à peine une journée, décidant finalement que serveur dans un bordel n'était pas le métier qu'il cherchait.
  • Actuellement il a repris le contrôle du Kriss et s'est auto-proclamé Maître-Voleur

Ex-Prince-Marchand

L'étape que Razmoket considère comme libératrice c'est lorsqu'il a nommé son frère Prince-Marchand, en ayant plus qu'assez de devoir supporter des charges qui le privaient d'une mobilité qu'il appréciait.