FANDOM


Miel-de-nuit livre

Il est possible, en arpentant la bibliothèque de Lune-d'Argent, de Dalaran ou même de Hurlevent, de trouver un exemplaire de cette chronique, écrite par un groupe d'écrivains chevronnés, d'aventuriers intrépides et d'archéologues passionnés. Certains affirment que maintes indices et énigmes se cacheraient dans ces textes, et qu'il s'agirait principalement de lire entre les lignes, pour démêler le vrai du faux, si tel est le souhait.

Le groupe se fait appeler "Les esclaves de la vérité", au dos du livre. Une feuille volante montre le dessin ci-dessus.

En ouvrant l'un de ces livres, l'on peut se rendre compte qu'ils ont été écrits par un elfe, et au vu de la typographie, par un noble ou un roturier à forte éducation.

Chapitre 1 : Un nouveau monde

Aux abords de l'an -6800, alors que la grande marche derrière Haut-Soleil venait d'arriver à son terme, et que le peuple désormais nommé Quel'dorei, s'habituait à ses nouvelles terres forestières, de nombreuses contraintes s'imposèrent alors bien vite. Tout d'abord, il fallait pallier au problème arcanique, chose qui fut traitée dans les plus brefs délais.

Une fois le Puits de Soleil créé, en -6500, il fallait à tout prix traiter le problème de l'Empire Amani, qui gagnait en puissance de jour en jour, et dont la rage était inépuisable, depuis que les exilés avaient investi le Nord de leurs terres.

Cela dit, tous les Quel'doreis n'eurent pas eu la même idée pour se défendre des trolls, et alors que la majorité décidait de créer une barrière arcanique, afin de se protéger d'un potentiel assaut, ainsi que des démons guettant leur nouvelle magie, certains groupes et certaines maisons considéraient la nécessité de négocier la paix avec les Amanis, quitte à partager leur royaume.

La maison Mal'daë, composée de huit chevaliers et chevaleresses, fit la proposition d'attaquer immédiatement Zul'aman, tandis qu'ils le pouvaient. Cette proposition fut très mal accueillie, et le conseil du Roi Dath'remar condamna ce qui fut considéré comme un grand manque de sagesse. Cette rixe créa une certaine confusion.

En effet, certains semblaient déjà faire preuve d'un sens de l'expertise conséquent, et tandis que Dath'Remar Haut-Soleil, comme tout bon roi, avait les yeux rivés sur la création du nouveau royaume, une petite poignée d'elfes influents se trouvaient forcés d'imaginer le pire, à savoir que l'attitude passive des Amanis, presque aussi nombreux que les elfes, soit justement le calme avant la tempête. C'est par ailleurs une question que soulèvera ouvertement le seigneur Azeralian de Château-d'or, durant le festin inaugurant l'ouverture du Tournoi des Mille-Fleurs : Pourquoi Zul'jin, l'empereur amani, pardonnerait-t-il une telle intrusion sans même envoyer un émissaire porter ses éxigeances et revendications sur ce que les elfes nommaient Quel'thalas ?

Tandis que Nasalian Dal'nië, meneur de cette maigre et âpre contestation, prônait la patience, la méfiance et la poursuite d'un apprentissage magique sûr et raisonnable, la majorité des Quel'doreis prônaient le renouveau, la protection et la puissance contrôlée. Leurs idées étant complémentaires, il aurait été possible qu'un accord soit conclu, et que les contestataires soient écoutés. Mais ce ne fut pas le cas. Nasalian n'était point assez puissant ni assez ancien pour faire changer d'avis un roi ou un conseil. Le destin fit que son avis fut passé aux oubliettes.

C'est sur ce premier désaccord que Nasalian Dal'nië décida de prendre quelques distances avec le nouveau royaume, tentant même d'amorcer lui-même des négociations avec l'Empire Amani. Remarquant ce comportement, les conseillers de Haut-Soleil décidèrent d'écarter Nasalian Dal'nië du pouvoir central, afin d'éviter qu'il ne répande le trouble dans le royaume.

Certains redoutaient son intelligence et son sens de l'intrigue, et pensaient qu'il pourrait en réalité chercher à s'emparer du pouvoir. De plus, il avait certains alliés et sympathisants, qui pourraient intervenir en sa faveur, au cas où un conflit éclaterait.

Le roi Dath'Remar Haut-Soleil envoya alors le Nasalian Dal'nië, sa femme et ses fidèles, protéger le Puits de Soleil. Un contrat fut alors signé, engageant les Dal'nië et leurs alliés, à protéger le Puits des éventuels envahisseurs trolls, et à ne plus intervenir dans les affaires militaires et politiques du nouveau royaume. En échange, Nasalian fut anobli, et promu au rang d'amiral, lui permettant ainsi de créer sa propre flotte.

Nasalian n'avait aucune intention de désobéir à son roi, mais ayant bien évidemment saisi la manœuvre et l'inutilité de son nouveau titre de noblesse (étant seigneur sans aucune terre), il décida d'agir autrement, sans pour autant renier son devoir d'une quelconque manière.

Chapitre 2 : Le joyau sur la mer Boréale

Épaulé par une dizaine de ses comparses, il décida, en -6342, d'utiliser la nouvelle source de magie pour invoquer une petite plateforme flottante, à l'Est de Quel'danas, en affirmant au reste de son peuple vouloir fortifier cette dernière.
Ils nommèrent ce nouvel avant-poste "Miel-de-nuit", le miel représentant la couleur "or" sur les armoiries de la Maison Dal'nië, et la nuit, au fait que des sortilèges d'illusions (afin de masquer un grand nombre de détails sur l'île) étaient très régulièrement lancés aux abords de la petite île.

Vue de loin, l'île ressemblait alors à une petite plateforme sombre, à quelques points dorés. Officiellement, cela avait pour but de guetter d'éventuels envahisseurs sans être vu. La légende raconte cependant que cela aurait également un caractère officieux : Les mages de Miel-de-nuit auraient en réalité découvert un artefact, et auraient étudié une face particulière de l'illusion ainsi que de l'enchantement. 
C'est ainsi que tout en servant avec assiduité les rois qui se succédaient, la lignée des Dal'nië et celles de leurs maisons vassales se formèrent, tout comme leur île gagnait en valeur, en défense, mais jamais en taille. Semblable à un joyau dans la vaste mer du Nord, l'île prospérait déjà.

En l'an -4 500, l'aspect militaire, culturel et même politique de Miel-de-nuit était à son comble. Semblable à une petite cité franche, l'île s'était peaufinée dans les moindres détails. Trois jonques eurent été construites. Sous la direction du petit-fils de Feu Nasalian, le seigneur Tinéliën Dal'nië, plus d'une cinquantaine d'elfes adultes vivaient alors sur l'île, chacun ayant un rôle très précis et un entraînement conséquent. Tous savaient se battre et naviguer. La plupart des fondateurs de l'île eurent une longue vie, mais rares sont ceux qui dépassèrent les 1 500 ans. La quatrième génération était en marche.

Cependant, le plan des anciens conseillers du roi n'eut pas l'effet escompté, étant donné que jamais les trolls ne purent atteindre le Nord de Quel'thalas. Leurs navires se contentaient de faire des razzias dans les villages environs, affaiblissant progressivement le Sud du royaume.

Les années, les décennies, les siècles puis les millénaires passaient alors, sans réel événement militaire ni politique. La capitale de Quel'thalas, Lune-d'Argent, se construisant dans les moindres détails, le grand roi Anasterian Haut-Soleil accédait au pouvoir, et Nasalian Dal'nië et ses fidèles ne furent qu'un lointain et risible souvenir, quasi-inconnu des nouvelles générations. Leurs idées étaient souvent moquées, et la passivité perturbante de l'Empire Amani était vu comme un acte de lâcheté et de faiblesse. Beaucoup avaient alors la certitude que les Amanis redoutaient la terrible barrière arcanique bordant les frontières de Quel'thalas.

Le royaume de Quel'thalas prenait une véritable forme, des traditions se créaient, de véritables fortifications autour de Lune-d'Argent s’érigeaient. Les Haut-elfes avaient tout pour prospérer pour l'éternité dans la paix, et dans l'abondance générale. L'hédonisme était déjà de mise. Il ne se passait un mois sans qu'un tournoi, une joute, un grand festin ou une quelconque festivité onéreuse ait lieu dans le royaume.

Chapitre 3 : Ruée verte, et ruement rouge

Hélas, ce jour devait arriver. Forestiers et éclaireurs crurent à une illusion, à une hallucination, alors qu'un immense océan de bannières envahissait ce décor idyllique qu'était le bois des Champs Eternels, que les sons des clairons assourdissait le royaume tout entier. Le sol tremblait, sous l'étreinte de la terrible avancée d'une immense armée trolle unifiée et préparée, forte de milliers de guerriers tous aussi braves, hargneux et assoiffés de sang.

Murailles, avant-postes et casernes tombaient les uns après les autres. La majorité des garnisons rejoignaient la capitale afin de témoigner de ce qu'ils avaient vu et de préparer la défense finale. D'autres résistaient héroïquement, et étaient décimées. D'autres encore se rendaient et tentaient de négocier. Cela en vain ; leurs têtes ornèrent les bouts des piques Amanis.

Tous les bannerets de Sa Majesté le roi Anasterian furent alors appelés afin de défendre la capitale contre l'ultime assaut. Les seigneurs se hâtaient alors de rallier leurs troupes à la bannière royale. Le nouveau seigneur de Miel-de-nuit, Tiltanien Dal'nië dut stationner ses navires au port de l'île de Quel'Danas, afin de défendre une éventuelle attaque de la flotte amanie. Ils envoyèrent cependant trois de leurs mages, afin de d'aider à maintenir la barrière et à invoquer la nourriture nécessaire à la tenue du siège.

Finalement, le siège s'éternisa, et bientôt, les forces commencèrent à manquer aux Quel'doreis. Le sage roi Anasterian n'eut alors d'autre choix que d'implorer l'aide des humains de l'empire d'Arathor, en échange de l'enseignement des arcanes. La proposition fut acceptée par les seigneurs d'Arathi, et ensemble, à l'issue d'une violente et terrible bataille, les alliés sortirent victorieux de la guerre. Zul'jin put s'échapper grâce à un terrible sacrifice, mais l'armée amanie fut taillée en pièces.

Cependant, l'aide d'Arathor allait être chère payée pour le royaume de Quel'thalas, qui avait également fait la promesse de soutenir la lignée d'Arathi.
L'opinion publique fut très mitigée. Le seigneur Dal'nië sembla jouer un double-jeu, affirmant être très satisfait de la suite des événements, et donc la défaite trolle et de la nouvelle alliance, mais affirmant qu'ils n'auraient malheureusement pas les moyens nécessaires pour aider à enseigner la magie aux humains.
Il proposa cependant de fournir une partie de leur matériel d'enchantement, pour l'expédition académique des maîtres mages thalassiens vers Stromgarde.

Miel-de-nuit, malgré sa participation de façade à toutes les actions entreprises, n'a en réalité pas prit de véritable risques, ce qui eut pour effet d'agacer particulièrement une partie du Conseil, principalement les plus âgés, qui connaissaient leur potentiel et ne les sous-estimaient point comme le faisaient d'autres membres.

Anasterian décidera cependant de ne point réellement se mêler du sujet, n'ayant pas de temps à consacrer aux problèmes mineurs, et ne souhaitant de toute façon pas déclencher de conflits internes, ni priver le puits de Soleil d'une protection utile, en soulevant ou entravant les quelques forces de la maison Dal'nië.

Cela dit, après une courte entrevue avec son Conseil, il enverra en l'an 2500, une missive au seigneur Tiltaniën Dal'nië, le sommant de lui faire un rapport annuel sur toutes leurs avancées militaires et arcaniques, ce qui fut fait, du moins en apparence.

Chapitre 4 : Le calme avant la tempête

En l'an -2000, alors que les années se poursuivaient sans réels incidents, Miel-de-nuit continua à croître, et commença à se transformer en un véritable royaume miniature, la beauté l'accompagnant. Les quelques récits faisant allusion au décor de l'île parlent d'une véritable merveille de magie, d'architecture et d'espaces verts. Une dizaine de balais enchantés maintenaient l'île dans un état de propreté constant et irréprochable, et il n'y avait quasiment plus aucune tâche ménagère se faisant sans usage de la magie. Les habitants de l'île avaient alors la particularité d'exceller dans l'art de "donner vie" à des objets, grâce aux enchantements.

Le donjon de Miel-de-nuit fut enfin achevé, et petit à petit, toute l'île se fortifia complètement. L'école de l'enchantement fut tant utilisée que le Conseil de Lune-d'Argent leur demanda l'arrêt immédiat des constructions jugées secondaires, à savoir tout ce qui n'était point utile à la protection du Puits. Il privait en cela les habitants de Miel-de-nuit d'un bon nombre de ressources que le peuple haut-elfe ne savait plus se procurer qu'avec la magie, notamment en matière de nourriture et d'armements.

Après maintes essais de changer les habitudes les plus fondamentales, la décision aurait été prise de contourner la règle. Jamais ce problème d'abus de magie ne fut à nouveau évoqué.

Les années suivantes furent un véritable calme-plat, et une succession de rapports sans grands intérêts. Cependant, c'est en l'an -1234 que le seigneur Tiltaniën, bien qu'âgé, décida de jouter à Château-d'or afin de célébrer le 2 000ème "Tournoi des Mille-Fleurs".

Particulièrement ami avec la maison De Château-d'or et avec le seigneur actuel, les chevaliers de Miel-de-nuit furent très bien accueillis, et le chevalier Lahière Mal'daë du Nord, vassal du Seigneur Tiltaniën et champion de Miel-de-nuit, désarçonna lui-même la championne Ilidinia de Château-d'or, après un très rude combat. Lahière donna pourtant la victoire à Ilidinia, affirmant que cette dernière avait été épuisée par les trois combats qu'elle avait effectué une heure avant le tournoi, afin de préserver son titre.

Ce geste chevaleresque et très honorable, fut un excellent moyen pour Miel-de-nuit de sceller un accord avec Château-d'or, afin d'officialiser enfin leur amitié. Cet accord consista à partager certaines terres, conclure certains accords commerciaux, et s'allier politiquement. La possibilité d'un mariage fut évoquée en public, mais aucune chronique n'a pu immortaliser ce qu'a ensuite répondu le seigneur Dal'nië.

Le Conseil ne semble pas avoir réellement réagi à cette alliance, bien qu'il est fort possible que des soupçons de trahison aient été présents, et que des espionnages préventifs aient été fait. La maison Dal'nië accueillera avec surprise la nouvelle du démantèlement de l'empire d'Arathor, et de la création des sept royaumes. Plus d'un millénaire de calme et de paix s’abattit alors sur la totalité du royaume de Quel'thalas. Il en résulta cependant que plus les siècles passaient, et plus les relations entre Miel-de-nuit et certains conseillers diplomatiques de Lune-d'Argent se dégradaient. En effet, les conseillers désiraient régulièrement être informés de nombreuses choses sur leurs avancées, en plus des rapports réguliers que faisaient le seigneur Tiltaniëen, en l'an -804, son fils aîné, le Seigneur Aëlwyn.

Certaines des demandes se soldèrent par des non-réponses, ce qui déclencha des froideurs, qui s'étendront jusqu'à l'an 6.

Chapitre 5 : Point une, mais deux ruées vertes

Maintes émissaires vinrent annoncer la nouvelle aux quatre coins du royaume : L'aide du Royaume de Quel'thalas était sollicitée, dans la Seconde guerre, dans le but d'éliminer définitivement la menace orque d'Azeroth.
Le roi Anasterian se vit alors contraint à tenir la parole qu'il eut faîte deux-mille ans passés : Demeurer au côté de la lignée d'Arathi.
Doué d'un grand honneur, il ne manqua point à sa tâche, et se rallia à l'appel du Lion d'Azeroth, Anduin Lothar.

A cet instant, le royaume de Quel'thalas entra en guerre contre les orcs, mais simplement sur le parchemin. En réalité, le Roi Anastarian ne souhaitait point un nouveau massacre pour son peuple, et se contenta de défendre ses frontières et de confier quelques combattants aux armées australes, jusqu'à ce qu'une très grande partie de l'immense armée orque attaque Quel'thalas par les montagnes, ravageant les terres et incendiant les forêts. Les trolls amanis se joignirent à l'assaut tout comme maintes tribus trolles ralliées à Zul'jin.

Les amanis étaient moins nombreux mais encore plus puissants que jadis, grâce à leurs géants berserks, fruits de sacrifices et de rituels à leurs loas sanguinaires.
Cette attaque put être repoussée grâce à l'intervention in extremis des armées de l'Alliance, au prix de grandes pertes. Plus d'une dizaine d'archers et sorciers de Miel-de-nuit participèrent à la contre-offensive, à dos hippogriffes. Les orcs n'ayant bénéficié que de très peu de soutien aérien, ils essuyèrent de très grandes pertes, et cette première défaite fut majeure pour leur camp.

Outré par cette attaque, le grand Anasterian décida alors de lever une grande ost, afin de terminer cette guerre au plus vite. Miel-de-nuit dut veiller au Puits de Soleil comme jamais. De manière symbolique, le seigneur Dal'nië confia trois de ses forestiers à la troupe en marche vers le Sud. Cela n'était point un hasard, car ces trois forestiers appartenaient aux plus grandes maisons d'archers de Miel-de-nuit : Sel'dië, Taë'san et Tel'dian.

Après la défaite décisive des orcs, certains clans continuèrent pourtant à tenter de percer les défenses elfiques, en vain. Il n'y eut pas de pertes majeures dans ces batailles.
Au cours de la marche vers Hautebrande, la forestière Karilia Tel'dian fut assassinée lors d'une embuscade tendue par des trolls et orchestrée par le traître Perenolde. Les deux derniers représentants firent alors preuve d'un héroïsme exemplaire, aidèrent les forces alliées à repousser les orcs jusqu'aux côtes de Hautebrande.

Vint ensuite l'intervention surprise de la totalité de la flotte de Miel-de-nuit, à présent forte de huit jonques, au débarquement de Zul'dare afin d'y détruire le dernier bastion naval des orcs.
Une jonque fut détruite durant l'assaut par la pierre d'une catapulte orque tirée dans la poupe du navire, mais étant donné que tous les marins étaient regroupés à la proue pour débarquer sur l'île, seul le timonier, Ranelias Tan'diel, périt lors du tir.
Cette preuve de loyauté fut saluée par l'amiral Portvaillant, et fit considérablement remonter Miel-de-nuit dans l'estime des membres du Conseil Thalassien.

Chapitre 6 : Le malheur des uns fait-t-il le bonheur des autres ?

Une fois la guerre terminée, las des guerres, des destructions et des intrigues incessantes, Anesterian décida de retirer le Royaume de Quel'thalas de l'Alliance de Lordaeron, considérant sa dette remboursée, étant donné que de toute manière, Anduin Lothar était décédé en héros à la Bataille du Pont Rochenoire, mettant ainsi un terme à la glorieuse lignée d'Arathi.
Les forêts thalassiennes seront à jamais marquées par cet immense incendie, et beaucoup le reprocheront alors à l'Alliance, la jugeant en partie responsable de cette débâcle.

Miel-de-nuit, autrefois du côté de l'Alliance (leur île n'ayant de toute manière pas été touchée par l'invasion terrestre), seront forcés d'afficher une approbation de façade au Conseil Thalassien. Le fait que Stromgarde fasse de même confortera cependant la totalité du Conseil dans la décision du roi en partie contestée. Une rébellion de deux maisons majeures, Fa'taë et En'tan se fomenta cependant, mais grâce à la prise de parti de l'une des représentantes influentes de la maison, les Dal'nië purent rapidement intervenir, et attaquer le mal à sa source. 

Il ne fallut qu'une nuitée pour que le fief des En'tan, quartier général de la rébellion, soit assiégé par les forces de Miel-de-nuit. Le refus de la reddition obligea les Dal'nië à porter l'assaut, et malheureusement, l'un des trois fils de la famille, Miselias, décéda dans le combat. Cette bataille sanglante eut cependant pour effet d'unifier enfin toutes les maisons de Miel-de-nuit, malgré un certain sentiment hantant définitivement certains survivants des maisons rebelles.

Tout allait à présent en faveur d'une entente cordiale, avec la promesse d'une stabilité et d'une paix durable pour le Royaume de Quel'thalas.

Mais soudainement, deux ans plus tard, tout bascula. Au début de l'an 20, lorsque le Roi Liche, obsédé par la résurrection de Kel'Thuzad grâce au Puits de Soleil, décida de lancer une terrible invasion, d'une envergure encore jamais-vue, sur la capitale de Lune-d'Argent, qui ne tarda à être assiégée, puis détruite. Dame Sylvanas Coursevent fit de son mieux pour arrêter le Roi-Liche dans sa marche, à l'aide de toute l'armée, en vain. Il ne restait comme rempart au puits, plus que la maigre île de Miel-de-nuit. Etant donné que le Roi-Liche lui-même ne faisait aucun détour vers Miel-de-nuit, les quelques défenseurs du Puits de Soleil attendaient la venue de leurs renforts, quoique faibles, qui en réalité n'arriveront jamais.

Les chroniques varient alors, certains affirmant que l'île aurait été attaquée par surprise, ce qui aurait rendu une aide impossible. Cette version n'a pourtant point de cohérence et paraît être un simple récit, étant donné que les légendes sur la résistance des héros de Miel-de-nuit laisserait à penser qu'une centaine de soldats auraient pu venir à bout d'une unité entière du fléau, et continuer à prospérer.

D'autres parlent plutôt d'une dispute mouvementée entre le Conseil Thalassien et Aelwyn Dal'nië un mois avant l'attaque, ou encore d'une discussion entre les seigneurs de Miel-de-nuit et ceux de Château-d'or qui aurait eu lieu à peine deux semaines avant l'invasion.

Toujours est-t-il que plusieurs fantassins, forestiers et chevaliers de Miel-de-nuit eurent péri ce soir, et qu'une partie entière de l'île, le port de secours, fut détruite. Il se pourrait fortement qu'Aelwyn, arcaniste émérite, ait tout simplement décidé de faire éliminer ses opposants, et aurait ensuite plongé une partie de son peuple sous illusion.

Le seigneur Aelwyn Dal'nië, marchant proche de la Malebrèche et contemplant les ruines de Lune-d'Argent, ce vestige vieux de 9 000 ans, où plus âme ne vivait, cette glorieuse cité détruite en l'espace de quelques jours, aurait déclaré, mystérieusement : "Si cette terre ne porte plus ses fleurs, nos fleurs, alors cette terre n'est plus nôtre. Elle est sienne."